Metz-Métropole sur le mode «on l’avait dit !»

Publié le par Aymeric Perraud

Metz-Métropole sur le mode «on l’avait dit !»

Des réactions nous sont parvenues suite à notre article d’hier sur les difficultés financières de Metz-Métropole. Tous les avaient prévues…

La révélation des difficultés financières de la communauté d’agglomération de Metz-Métropole dans notre édition d’hier a suscité quelques réactions politiques, notamment à droite, où les Cassandre se sont bousculés pour dire à quel point ils avaient fait preuve de clairvoyance en dénonçant à plusieurs reprises, par le passé, les embardées budgétaires de l’établissement de coopération intercommunale. Lanceurs d’alerte et donneurs de leçons n’ont, visiblement, pas été très bien entendus.

C’est ce que déplore la conseillère municipale d’opposition centriste de Metz, Nathalie Colin-Osterlé : « Depuis trois ans, nous dénonçons le train de vie de son endettement qui a explosé et ses choix hasardeux. Ce sont 6 millions d’intérêts que paiera en 2014 Metz-Métropole, avec une dette de 186 millions d’euros fin 2013. Toutes ces décisions ont été prises par l’exécutif de Metz-Métropole, auquel appartiennent les élus de la majorité municipale de Metz, Dominique Gros en étant le premier vice président. Les grands argentiers de la Ville de Metz vont surtout devoir soigner cette "schizophrénie" qui les amène à voter toutes les dépenses de Metz-Métropole depuis six ans et, dans le même temps, à demander des économies... »

La députée UMP Marie-Jo Zimmermann estime, elle aussi, que « la situation financière de Metz-Métropole est l’héritage du précédent mandat et ce sont donc le président et le premier vice-président qui devraient assumer leurs responsabilités ». Elle juge que « l’heure est grave » et qu’il est « inacceptable que le maire de Metz reste bien caché dans sa mairie, en continuant à promou- voir des projets pharaoniques ».
Pour l’élue, « Thierry Hory pose la vraie question, celle de l’indispensable réalisme face à la fuite en avant financière ». Aussi, Marie-Jo Zimmermann demande aux « décideurs de Metz-Métropole de revoir de nouveau tous les projets d’investissement » et « d’abandonner le projet de nouveau palais des congrès ».

Maire de Vantoux jusqu’en mars 2014 et contempteur opiniâtre de la politique budgétaire communautaire, Claude Bellei s’est montré plus concis : « À l’occasion de tous les débats d’orientation budgétaire, je n’ai cessé de mettre en garde contre les dérives financières de la communauté d’agglomération. Ces critiques, assorties de recommandations, ont conduit le président Bohl à me retirer ma délégation. Je ne le regrette pas. Je ne regrette pas non plus de n’avoir voté aucun des budgets, persuadé qu’ils déboucheraient sur de sombres lendemains. On y est. »

Pour Aymeric Perraud, président du groupe FN au conseil de Montigny-lès-Metz et élu de Metz-Métropole, « Jean-Luc Bohl et Dominique Gros portent le poids du même bilan : en avril 2014, ces deux personnages faisaient chacun le coup du "Je vous ai compris !" Quelques mois après, les conseillers communautaires (indépendants) ont vu la réalité de la chose... Les caisses sont vides. Alors qu’on demande aux Français de faire des économies, Jean-Luc Bohl et Dominique Gros continuent à dépenser l’argent du contribuable sans compter. Les impôts de l’agglomération vont exploser et surtout les contribuables vont payer ! »

Thierry FEDRIGO - Article Républicain Lorrain
Metz-Métropole sur le mode «on l’avait dit !»

Publié dans Articles de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article