Bohl rit, Bonati pleure et Perraud jubile

Publié le par Aymeric Perraud

Bohl rit, Bonati pleure et Perraud jubile

Montigny a connu une soirée pleine de surprises, avec une poussée du FN et l’échec de la liste PS. Jean-Luc Bohl, largement réélu, voit pour la première fois l’extrême droite au conseil municipal. Analyse.

Dans la salle Pougin, les dernières dizaines d’enveloppes se vident. Les scrutateurs cochent avec méthode leurs petits traits sur les feuilles d’émargement. Et dans les trois bureaux du centre-ville de Montigny, à l’image des dix-sept autres, chacun se rend à l’évidence : le résultat du vote est inattendu. Les murmures enflent, deviennent bavardages. Dans un coin, près des isoloirs, Pierre Bonati (PS) affiche la mine des mauvais soirs. La tête de la liste Ensemble à Montigny rêvait de prendre la mairie, grâce à une triangulaire peut-être. Il prend une veste mémorable (15,69 %).

Avec 58 %, Jean-Luc Bohl ne renouvelle pas son score de 69 % en 2008, mais il limite les pertes, fait même mieux que prévu. Lucien Vetsch, conseiller général UMP, premier adjoint sortant, explique à ses supporters qu’il espérait les 55 %.

• JUSQU’À 75 %. — Applaudi par une centaine de Montigniens, Jean-Luc Bohl se montre à la fois souriant et soucieux. Souriant. Il y a de quoi. Se faire réélire pour un troisième mandat, c’est le signe d’une politique locale qui plaît. Et d’un style qui séduit. Parmi les vingt bureaux de vote, un seul ne lui offre pas la majorité (48 % à Marc-Sangnier), un autre grimpe à 75 % (Europa)… Bohl, 54 ans, a encore de beaux jours de mandat devant lui. « Ce fut une belle campagne, digne, honnête. Elle correspondait à ce qu’attendaient de nous les Montigniens. La démocratie a été respectée dans cette ville, comme elle l’a toujours été, selon les règles républicaines. »

Car voilà le nouveau, et vrai, souci de Jean-Luc Bohl : le score obtenu par Aymeric Perraud (FN). 19,51 %, près d’une voix exprimée sur cinq… L’UDI Bohl poursuit : « Je suis attaché à notre ville, j’ai une pensée pour tous ceux qui ont fait notre histoire, les résistants, les cheminots, les porteurs des valeurs de la démocratie que personne ne viendra piétiner ! »

Là-dessus, il entonne La Marseillaise , reprise en chœur par la foule. Un geste symbolique, pour insister : « Personne ne viendra confisquer ces valeurs qui sont les nôtres ».

• TROIS FN, DEUX PS, UNE PCF. — Directement visé, Aymeric Perraud jubile. Le voici devenu opposant n°1 du maire, avec trois élus au prochain conseil. « Les Montigniens ont sanctionné la politique de Hollande et celle de Bohl… » Pour sa première participation au scrutin local, la liste Montigny Bleu Marine obtient un score similaire à celui de Marine Le Pen à la présidentielle de 2012. L’argument de sa jeunesse (23 ans) n’a visiblement pas freiné grand monde.

Vendredi, à la mise en place du conseil, il siégera avec Géraldine Grosse et Jean-François Somny (FN) aux côtés de Pierre Bonati et Christine Tison (PS) et Irma Vollmer (Front de gauche). Celle-ci obtient 6,67 %. Un score supérieur de 2 % à la dernière liste PCF, présentée en 1995… « On est très satisfaits. Tout ce qu’on a semé, on le récolte. Le Front de gauche a marché, les cheminots, les jeunes sont avec nous… C’est de bon augure pour le futur. »

À côté d’elle, Alexandre Laurent, n°3 sur la liste PS, co-animateur de la campagne, a perdu son siège. La leçon est dure pour Ensemble à Montigny. « On va faire notre boulot avec moins de moyens, moins d’élus, on va analyser la situation ensemble. Ce vote, ça fait mal aux tripes », analyse Pierre Bonati.

Où est l’erreur ? « Il faudra faire la part des choses entre la stratégie locale et nationale. »

Le choc passé, la défaite digérée, il faudra préparer les futures élections. Peut-être avec une nouvelle tête de liste.

Jean-Luc Bohl,satisfait et soucieux à la fois. Au conseil, il aura trois opposants FN

Olivier JARRIGE.

Publié dans Articles de presse

Commenter cet article